JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

histoire

Camiers sous l’occupation Allemande

 

 

 

L’occupation et la collaboration

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées. Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon…

Dès le 15 juin 1940, la région Nord-Pas-de-Calais passe sous commandement militaire allemand.
Le nord et le Pas-de-Calais sortent dévastés des combats.
A leur arrivée, les administrateurs allemands ont été eux-mêmes surpris par l’ampleur des destructions.

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l’Armistice. Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone sud où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.

Le 7 juillet 1940, la région est déclarée zone interdite, totalement isolée du reste du territoire national.
L’organisation allemande se déploie partout, dans chaque ville est installée une « Kommandantur ».
Elle désigne les otages parmi les notables qui répondront de leur vie à tout attentat contre les soldats.

La région va restée occupée de 1940 à 1944. Elle est administrativement rattachée par le Reich à la Belgique.
De juillet 1940 à novembre 1942, les départements du Nord et du Pas-de-calais sont soumis à l’autorité du général Karl Niehoff.
Caricature de l’officier prussien, celui-ci se montre très dur envers la population et déclenche une répression contre la résistance naissante (en novembre 1942, il est placé à la tête de la zone sud de la France, après son occupation par la Wehrmacht).

Au lendemain de l’armistice, trois divisions d’infanterie stationnent dans les deux départements, Nord et Pas-de-Calais, mais les effectifs grandissent rapidement pour atteindre huit divisions (plus de 120 000 hommes) à l’automne.

On va dénombrer 57 à 59 000 français du Pas-de-Calais capturés par les Allemands durant les combats de 1940.
En juillet 1944, les camps détiennent encore 98 0000 prisonniers de guerre originaires du Nord Pas de calais.

Le maréchal Pétain forme obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie à Vichy.

Pendant tout l’été 1940, les réquisitions se poursuivent dans la plus grande anarchie.

En mai 1942, hitler confie à l’organisation todt, le rôle dominant dans le construction de l’atlantikwall, des dizaines de chantiers fonctionnent alors sur le littoral du détroit.
Les travaux commencent en mars 1943 et se développent à un rythme effréné, nuit et jour.

Au printemps 1944, le nord Pas de calais constitue la zone la plus impressionnante du « mur de l’atlantique » avec les trois ports érigés en festungen (forteresses).

Les Juifs dans le Pas-de-Calais

En 1939, 4 000 juifs vivent dans le Nord – Pas-de-Calais.

Dans le Nord-Pas-de-Calais, dès 1940, les juifs de la côte sont évacués à Troyes en tant que « personnes dangereuses face à la menace anglaise ».

A la gare de Fives-Hellemmes, (Lille) des dizaines de juifs réussissent à sortir du train grâce à la complicité des cheminots et trouvent à se cacher dans la population protestante du Cambrésis.

En 1942, le Reich se sent menacé. Au camp de Dannes–Camiers, des juifs sont rassemblés pour travailler à « protéger l’Europe des Anglais » dans l’organisation Todt.

Le camp des îles d’Aurigny est évacué vers les camps du Boulonnais. Ils sont utilisés au déblaiement des routes et voies ferrées.

Pendant 26 mois, une douzaine de camps s’ouvrirent pour y interner environ 3 000 travailleurs juifs pour l’organisation Todt entre Calais et Abbeville afin de construire et d’entretenir le mur de l’Atlantique.
Partout sur la côte, le travail était épuisant et consistait en trois tâches :
– La construction des lignes de défense (blockhaus, batteries de tir, entrepôts de munitions, tunnels),
– L’édification de pieux Rommel en bordure de mer,
Le montage de câbles électriques qui reliaient les édifices entre eux.

Les camps n’étaient pas tous occupés continuellement : quelques camps plus importants et permanents alimentaient en main d’œuvre les autres camps plus modestes et temporaires. Certains camps hébergeaient des prisonniers le temps d’achever la construction d’un ouvrage. Dannes et Camiers étaient des centres permanents d’où les Allemands envoyaient les prisonniers vers Étaples, Hardelot, Merlimont, voire même Calais, Ferques et Sangatte au nord et Fort-Mahon au sud qui fonctionnèrent épisodiquement sous forme de commando de travail dépendant de Dannes.

Durant la seconde période, des transferts sont effectués d’un camp à l’autre et il en est de même pendant la troisième période où les détenus venus d’Aurigny vivent à Dannes puis Camiers et travaillent à Étaples.

Sur 2 252 Juifs belges internés dans les camps de travail forcé dans le Nord de la France, les enquêtes belges effectuées après la guerre ont recensé 196 évasions.

En dehors de ces quelques évasions, les travailleurs seront tous déportés.

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l’Est et exterminés. Très peu survivront.

Le 11 septembre 1942, la grande rafle des Juifs est organisée. 528 juifs, âgés de 1 mois et demi à 79 ans seront raflés dans le Nord-Pas-de-Calais ce jour-là, à Lens, Avion, Sallaumines, Harnes, Billy-Montigny… Emmenés au quai n° 1 de la gare de Lens, ils montent dans un train qui les conduit à Lille-Fives puis à Malines, le « Drancy belge ». Là, ils compléteront un convoi de plus de mille personnes. Destination : Auschwitz-Birkenau.
Huit Juifs de cette rafle du Pas-de-Calais reviendront.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

Camp de Dannes Camiers durant la Seconde Guerre mondiale

 

L’organisation Todt établie à Dannes Camiers assurait la gestion et la surveillance d’une douzaine de camps juifs ouverts entre Calais et Abbeville.

Dannes et Camiers sont des centres permanents d’où les Allemands envoient les prisonniers vers Étaples, Hardelot, Merlimont, voire même Calais, Ferques et Sangatte au nord et Fort-Mahon au sud.

Le 5 août 1942, un convoi parvient à Dannes via Boulogne.
Au camp de Dannes Camiers, les Allemands centralisent les arrivés de Juifs puis ils répartissaient les prisonniers vers d’autres camps.

Un convoi de Juifs de Belgique, le 14 août 1942 se dirigeant vers Boulogne transite à Dannes.
En septembre 1942, 250 parmi les plus robustes, des camps de Dannes et de Camiers, sont envoyés travailler à Étaples.

Les conditions du camp sont très difficiles. Six Juifs décèdent en juillet et décembre 1942. Ils sont enterrés au cimetière de Dannes.

Le 7 mai 1944, 650 prisonniers juifs évacuent Aurigny en bateau vers Cherbourg, pendant 10 jours et 9 nuits ils circulent en train de Cherbourg à Hazebrouck, ils s’entassent à cinquante par wagons. A Hazebrouck, ils sont parqués dans un hangar, ce qui permet quelques évasions, puis un tri s’opère : 150, les moins valides sont envoyés au lycée Mariette de Boulogne où ils occupent le quatrième étage, les 500 autres sont dirigés vers Dannes et Camiers.

été 1944

Dans la nuit du 5 au 6 juin, un convoi de navires alliés s’avance dans la manche.

Aussitôt les batteries allemandes entrent en action.
A Boulogne et à Dunkerque, les S-Boote sortent de leurs abris.

La nouvelle est donnée par la BBC le 6 juin à 8h30 et confirmée par Radio Paris : le débarquement a eu lieu en Normandie.

Dans le Nord – Pas-de-Calais c’est la joie et le soulagement.

L’annonce du débarquement a provoqué un élan d’enthousiasme et d’action dans les formations de la résistance.

Pour l’ensemble de la région Nord pas de calais, le nombre de sabotages dépasse les 2000 entre le 6 juin et le 1er septembre 1944.

Pendant toute la durée de la guerre, les bombardements sur le Nord – Pas-de-Calais n’ont jamais cessé.

Le 1er septembre 1944, alors que Lille sera libérée le lendemain, 1 250 prisonniers (résistants, otages pris dans des rafles, etc.) sont entassés dans le train de Loos. 130 reviendront des camps.

Dans les jours qui suivent la libération, on découvre de nombreuses fosses communes où reposent les corps des résistants et des otages fusillés par les allemands.

      Camiers et le Mur de l’atlantique

Pendant WW2 les Allemands ont construit un mur d’acier et de béton, l’Atlantikwall( le mur de l’Atlantique ) du nord  à la frontière espagnole. Commencé en 1941, mais jamais achevé en raison des débarquements du jour J, le mur a été construit pour arrêter une invasion de l’Angleterre et de protéger une vaste gamme d’armes secrètes d’Hitler. Il y a plus de 76 ans, y compris certaines des armes V qui auraient été utilisés pour pilonner les zones d’assaut du bâtiment sud de l’Angleterre pour D-Day. Aussi beaucoup de défense des sites, des aérodromes et des camps ont été construits en Grande-Bretagne.

 

Stab Gen. Rgt.150 Head Quarters Grenadier Régiment 150 . Camiers

 

 

 

Beauregard sud est, reconnaissance aérienne Allemande Camiers 1942

 

Vous pouvez clairement voir les bunkers construits. Tout d’abord un trou est creusé et le bunker construit à l’intérieur, puis le sol est rempli de retour sur le bunker.

La division d’infanterie aurait eu autour de : 

1500 x fusils, 1100 x pistolets, 700 x sous mitrailleuses, 500 lumière et 100 mitrailleuses lourdes, 58 x 81mm mortiers et peut – être eu quelques canons AA de 20mm et quelques Kannon Champ de 7.5 cm à 10cm sous leur commandement. La division était composée de trois régiments de la 148e, 149e et 150e, tous étaient pour des postes de défense ,quelques chevaux, les wagons et les cuisines de terrain .

 

 

 

Le plan de l’armée allemande de la zone. La ligne rouge est le chemin de fer.

 

Une photo aérienne alliée, la position de la batterie.

Une photo aérienne de la position de 1 er régiment AR 149.
1ère batterie 149 e Régiment d’ artillerie. Vous pouvez voir les quatre positions de tir disposées et les lignes droites sont des câbles de commande enfouis dans le sol.

 

 

Le oblongue blanc dans la photo aérienne est l’endroit où se trouvent ces Abri.
Certains disent qu’il est peut-être une cuisine? Il y a un grand évent de cheminée dans le toit.

 

L’aménagement de la zone.

 

Le oblongue jaune montre la zone de la zone de la ferme du Beauregard par le nord et par le sud de la position du 2éme régiment d’artillerie 149 Allemand.  Le carré vert est la position de la batterie de 1 er régiment d’artillerie Allemand 149. Le carré rouge est le Beauregard sud ou était le régiment 150.

 

 

Poste de commandement  1er Régiment d’ artillerie  149 Allemande

 

ferme du Beauregard 

 

 

Vue vers le sud de la ferme , la batterie le 2 eme régiment d’artillerie 149 Allemand était sur la colline derrière les arbres.

 

 

 

 

 

Tranchées pour une position de mitrailleuse couvrant la route.

 

sources :atlantikwall (autorisation de publication)

                www.ajpn.org/internement

 

 

 

 


Camiers peint par de grands artistes

Marie Duhem vue sur le lac

 

 

Marie DUHEM Clair de lune à Camiers

marie_duhem_clair_de_lune_a_camiers

 

 

André Derain – Paysage Camiers

ff

 

Jeune femme à Camiers par Henri Le Sidane

 

3db949f21e05d9db435b31259fe85872

 

 

Charles François Daubigny Dunes de Camiers

dd4f7fcffcea61d72db09691db14818e

 

André Derain route de widehem 1911

derain1984-433-9-1

 

La route à Camiers 1911 André Derain

 

8c537fe77ed009a19f13cc6e8db83a33

 

 

 

Jean LAVEZZARI Dunes à Camiers

1411409345451057inter

 

 Frits Thaulow Camiers 1892

 

frits-thaulow-325965

 

 


Le Lieutenant William T. Fitzsimons mort à Camiers le 4 septembre 1917

Le Lieutenant William T. Fitzsimons (1889-1917), un officier américain dans le corps de réserve médical, a été le premier officier de l’armée des États-Unis à mourir dans la Première Guerre mondiale Fitzsimons, Université du Kansas et ancien membre du corps professoral, est décédé de blessures subies pendant un raid aérien allemand le 4 Septembre 1917, lorsque des bombes sont tombées sur l’hôpital de base n ° 5 à Camiers. Après sa mort, les monuments commémoratifs à Fitzsimons ont été consacrés à Kansas City et à travers le pays, y compris le changement de nom de l’hôpital Armée n ° 21 à Aurora, Colorado USA, à l’hôpital Fitzsimons armée en 1920. Grâce à son sacrifice, William Fitzsimons a entièrement incarné l’image de l’altruisme médecin et a contribué à galvaniser la nation contre les atrocités de la guerre.

09071917_01g

 William Fitzsimons avant son déploiement en 1917.

 

bh5-06

Camiers : La grande rue en 1917

 

bh5-09

Camiers : Rue de l’église 1917

 

William Thomas Fitzsimons est né le 18 Avril 1889, à Burlington, Kansas. Il a fait ses études au Collège Sainte-Marie à St. Mary, Kansas USA, avant d’entrer à l’école de médecine de l’Université du Kansas en 1908. « Fitz »  été très apprécié sur le campus en raison de son attention , son travail et son zèle pour la médecine. Le 1910 Jayhawker  parle du caractère du jeune homme, affirmant qu’il était « un autre jeune qui a enterré ses talents en herbe à l’école de médecine pour les deux dernières années,» . Il a obtenu un baccalauréat des arts en 1910 et un doctorat en médecine en 1912.

 

Après avoir été diplômé de l’Université du Kansas, Fitzsimons interne pendant un an à l’hôpital St. Mary à Kansas City, Kansas. En Juin 1913, Fitzsimons  quitte St. Mary Hospital Roosevelt à New York où il a étudié la chirurgie. Il est resté à l’hôpital Roosevelt pendant quatorze mois jusqu’en Septembre 1914, quand il a accompagné la Croix-Rouge sur le premier navire partant pour l’Europe. Il a proposé ses services médicaux en Angleterre pendant six mois sous la direction de Sir William Osler et sept autres mois supplémentaires en Belgique jusqu’en Décembre 1915, puis il est retourné aux États-Unis.

fitzsimons_unit

Dr. William T. Fitzsimons (avant gauche) avec son unité d’hôpital militaire en Angleterre 1917.

 

À son retour, il a pratiqué la médecine de ses bureaux dans le bâtiment du Rialto dans le centre-ville de Kansas City, il a reçu plusieurs nominations dans cet l’hôpital, et a rejoint la faculté de l’Université du Kansas comme assistant en chirurgie à l’École de médecine. La détérioration des conditions en Europe a réduit le temps de Fitzsimons à Kansas City . En Avril 1917, il reçut l’ordre d’integrer  l’Unité de l’Hôpital de Harvard à l’hôpital de base n ° 5 de Camiers . Il a quitté Kansas City pour le front le 15 Juin, 1917, il est arrivé à Liverpool le 12 Août.

Dans la nuit du 4 Septembre, 1917, les bombes allemandes ont mortellement blessé Fitzsimons et plusieurs autres soldats à l’hôpital de base n ° 5. Selon les rapports, Fitzsimons est mort de blessures par éclats d’obus , une bombe qui a explosé à la porte de sa tente à l’hôpital. Leslie privée G. Woods de Streator, Illinois, Private Rudolph Rubino de New York City,  Oscar Letugo de Boston a également péri dans l’attaque. En plus de ceux tués, trois premiers lieutenants, six soldats et une infirmière ont également été blessés. Les aviateurs allemand en commettant ce geste ajoutent l’insulte à l’injure selon les Etats Unis.

Lors de nouvelles auditions de l’attaque, les collègues de Fitzsimons , Kansas City ont pleuré la perte de leur ami.Le Dr JF Binnie, membre du corps de l’école de médecine et un majeur dans le corps de réserve médical avaient  déclaré : «Je l’ai enrôlé. Il était un bon garçon-un bon garçon. Le Dr. Logan Clendening a également commenté la mort de Fitzsimons  dans une lettre au Dr EH Skinner du comté Société médicale Jackson.

La Société médicale du comté de Jackson a pleuré la mort du jeune médecin, lui faisant l’éloge dans la publication de la Société, le Bulletin hebdomadaire.

Sa mission n’était pas celle d’un combattant, mais entièrement de la miséricorde selon ses maîtres.

Alors que la nouvelle de la mort du lieutenant est rendu  public outre atlantique , une effusion de sympathie a eu lieu dans la ville natale de Fitzsimons de Kansas City, qui a abouti à une messe militaire à la cathédrale de l’Immaculée Conception le 12 Septembre 1917. Après un défilé par les unités de l’armée locale, Kansas Citians, à la fois  militaire et civil,  la cathédrale est bondée pour la messe commémorative. Dans son sermon à la cathédrale bondée, Mgr Lillis a exprimé les sentiments de tous Kansas City indiquant »Nous, en tant que citoyens, sommes venus ici comme preuve de notre reconnaissance pour l’un de nos jeunes hommes dont la loyauté et son grand sacrifice aimer sa mémoire . Il s’est porté volontaire pour le service pour notre pays dans un pays lointain. Il a fait le plus grand des sacrifices humains. Il a donné sa vie. « 

fitzsimons_fountain

 

Au fil des années, Kansas Citians ont exprimé leur gratitude à Fitzsimons à travers plusieurs monuments érigés à travers la ville. Le 30 mai 1922, une fontaine mémorial a été dédié à la mémoire du jeune lieutenant . Les citoyens locaux ont financé la fontaine, qui est intégré dans une grande terrasse en pierre, grâce à des dons à un fonds commémoratif.

fitzsimons_hospital

Hôpital Army 21 à Aurora, Colorado, renommé’Hôpital Fitzsimons Armée en 1920. Hôpital Fitzsimons Armée fermé en 1999.

 

Vingt-cinq ans plus tard, le 10 Décembre 1947, Fitzsimons-Battenfeld Post No. de la Légion américaine fixe un granit, le monument, qui se trouve toujours à son emplacement d’origine, commémore à la fois William T. Fitzsimons et Jesse R. Battenfeld, un chirurgien de vol qui sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme Fitzsimons, Battenfeld avait aussi des liens avec l’Université du Kansas School of Medicine.

fitzsimons_plaque

 

Les collègues de Fitzsimons  de l’Université du Kansas School of Medicine ont également montré leurs respects au jeune médecin. Le 16 Octobre 1924, les anciens médicaux de l’Université du Kansas consacrent une tablette de bronze en mémoire de Fitzsimons. Dans un discours devant les participants de la dédicace, Surgeon General Merritt Irlande résume parfaitement l’héritage du jeune lieutenant, en remarquant, « Bien engagé dans un appel miséricordieux et noble, tendrement ministère auprès des blessés sous sa garde, il est tombé à son poste de service . De lui, peut dire la nation des Etats Unis «bien fait, bon et fidèle serviteur.» «Les mots ne peuvent être vrais parler d’un jeune homme qui a fait le sacrifice ultime au début de sa carrière naissante au service des autres. »

 source : archives de l’Université du Kansas Médical Center USA

L’artiste OLIVE MUDIE- COOKE à Camiers 1918

Divers dessins et aquarelles de l’artiste Anglaise Olive Mudie Cooke chauffeur d’ambulance militaire à Camiers en 1918

titre de l’aquarelle  Route de Camiers ; description de l’oeuvre  ci-dessous :

une vue le long d’une section droite de la route Camiers dans le nord de la France, avec des poteaux télégraphiques qui bordent les deux côtés de la route. Il y a une ligne de ce qui semble être des barils ou des troncs d’arbres sur le côté droit de la route, et il y a des parties d’un camp d’entraînement militaire sur la droite, y compris des sacs de sable suspendus à des cadres en bois utilisés pour la pratique de la baïonnette. Collines de sable bordent l’horizon sur la droite et la mer de la Manche est visible au loin sur la gauche

 

Camiers_Road_Art.IWMART5409

 

  • titre de l’oeuvre ci dessous :un convoi VAD  Camiers  déchargement d’un train d’ambulance la nuit après la bataille de la Somme
     

 

da174269f157b2180e43218adedb3179

 

 

 

La Grande Guerre a marqué un changement dans la façon dont les femmes artistes ont été considérés. Bien que seulement quatre des 51 artistes commissionnés pour le programme officiel de l’art de la guerre par le gouvernement britannique en 1916 étaient des femmes (et un abandonné et trois avaient leur travail rejeté), alors tout nouveau l’Imperial War Museum est intervenu avec sa propre commission. Le musée engage neuf femmes artistes dans l’enregistrement de travail de guerre comme appliquée aux femmes et, bien qu’ils n’ont pas eu accès aux champs de bataille et le théâtre de la guerre que les hommes étaient, Olive Mudie Cooke a fini très proche de la ligne de front. Bien que le régime a été initialement lancé à des fins de propagande, il devint bientôt au-delà, explorer de nombreux aspects de la Grande Guerre et offrant un récit alternatif qui a fourni un contrepoint utile aux déclarations gouvernementales aseptisés et chauvines.

mlp

Olive Mudie-Cooke était une Londoniene, née d’un père  marchand de tapis et était l’une des seules d’une poignée d’artistes de guerre officiels. La plus jeune des deux filles nées à Henry Cooke et son épouse Beatrice, Olive créé une série d’images d’aquarelle qui dépeint la Grande Guerre dans toute sa banalité, la gloire terrible et caché. Mudie-Cooke a servi comme chauffeur d’ambulance, visiter les champs de bataille dont les noms sont brûlés dans notre cerveau: la Somme, Polekappelle, et a travaillé pour la Croix-Rouge en tant que pilote du détachement d’aide volontaire , direction des ambulances à travers la France et l’Italie âgés de seulement vingt-six ans . Elle n’était pas en reste dans les enjeux éducatifs, soit: parle couramment le français, l’italien et l’allemand, elle a travaillé parfois comme interprète pour la Croix-Rouge exceptionnel à cette époque, les femmes artistes ont tendance à provenir socialement et économiquement de milieux favorisés, d’où la langue l’éducation et le revenu privé qui a financé ses aventures.
 mll
une esquisse de quelques arbres et arbustes sur la pente de la colline de Camiers, avec des ombres projetées sur la pente au premier plan.
 
En 1919, le travail Sous-Comité des femmes du nouvellement formé Imperial War Museum a remarqué le travail de Mudie-Cooke et a acquis un certain nombre de ses peintures pour sa propre collection, encore à ses débuts. Cet achat comprenait son tableau le plus célèbre, dans une ambulance: un DAV allumant une cigarette pour un patient   et en 1920 , la Croix -Rouge britannique lui a commandé de retourner en France. Une fois là Mudie-Cooke a documenté les activités des unités du détachement d’ aide volontaire qui étaient encore fournir des soins et des secours et a produit un travail qui parler de la guerre, des dommages infligés aux communautés, les bâtiments brisés et des vies brisées, ce dernier explicite faite par ses représentations obsédantes de les femmes tendent les tombes de leurs morts.
oiu
Avant sa commission officielle, Olive a produit une grande partie de son travail entre 1916-18. Elle se rendit d’abord à la France en tant que conducteur d’ambulance de la Croix-Rouge en 1916 et à travers ses dessins crayeux et, parfois, des aquarelles troubles, nous avons vu le côté sombre de la guerre: l’homme blessé désespéré pour une cigarette et la femme de l’aider. Il y a un halo de lumière comme elle tasse ses mains autour de la flamme et ils se penchent vers l’autre et nous sommes entraînés dans un moment intime de connexion entre deux étrangers qui renvoie à la Dame à la lampe d’un autre temps, une autre guerre.
piscines similaires de lumière tombe sur le sol entre deux ambulances établies à côté d’une caserne de soldats blessés attendent evacuation- ce sont des hommes dénudés d’identité car ils se trouvent en rangs serrés, peints dans la bordure de la toile. Nous ne sommes pas censés savoir qui ils sont et les tons crépusculaires conservent leur facelessness. Olive est un maître de cela, les contrastes entre la lumière et l’obscurité, entre ce que nous savons et nous a permis de connaître et ‘A Convoi DAV Déchargement d’un train d’ambulance dans la nuit après la bataille de la Somme les sombres de l’aquarelle porter la caractéristiques esthétiques d’une vieille photo sépia, trouvé caché dans un grenier et amenés à la lumière du jour, par opposition à la peinture, il est en réalité.
er

 

Son travail est livré avec un objectif zoom psychologique: un skids d’ambulance et les fondateurs sur une équipe italienne de glace de montagne et les sauveteurs ont maintenant besoin d’aide. Elle isole des barbelés sur la toile, froidement argenté et métallique à la lumière tamisée comme il encercle un champ de bataille qui contient ses propres dangers souterrains. Il y a des scènes qui hantent: deux réservoirs blessés dans la bataille eux-mêmes après engager l’ennemi sur le front occidental en 1917, une partie d’une action de guerre près de Poelkapelle qui a laissé ces behamoths blindés impuissants et pire que inutile et une tache sur un paysage qui, une fois ne contenait que champs de décalage soyeux de maïs.
yuu
Mudie-Cooke a également aidé a ouvrir la voie à d’autres à suivre un cheminement de carrière similaires: les femmes professionnels de la santé qui travaillent dans les zones et les régions de guerre qui traversent une crise humanitaire et les femmes qui sont  soldats sont là en grande partie parce que Mudie-Cooke a montré ce qui pourrait être fait. Mais surtout, l’art de Mudie-Cooke a été l’un des précurseurs de moderne photographie de guerre et dans son style et son contenu, prédit l’ère du citoyen photo journalisme comme des millions de personnes deviennent des enregistreurs de leur propre récit, armés de smartphones à la place d’un sketchpad bien les artistes sont toujours chargés d’enregistrer la guerre via le pinceau comme une fois fait Mudie Cooke.

 

Mudie Cooke est retournée en Angleterre pour une courte période avant de revenir en France en 1925 où elle a reprise sa vie.  Était – elle une autre victime de la guerre , comme tant d’ autres avant et après elle? Si oui, à cet égard , elle est aussi de son temps et le nôtre aussi qui a vu des vagues d’hommes et de femmes psychologiquement lésés reviennent d’ un conflit. Mudie-Cooke mérite d’être honoré.
le plus célèbre des portraits de l’artiste :
Dans une ambulance : un DAV allumant une cigarette pour un patient , par Olive Mudie- Cooke
kik

 

sources: the millers tale
                imperial War museum

La venue de Sebastien Chabal à Camiers vu par les Camierois

Parce que l’histoire s’écrit aussi aujourdhui ! la venue du célèbre rugbyman Sébastien Chabal le Mardi 8 septembre 2015 restera gravé pour longtemps dans la mémoire des Camierois a cette occasion , nous avons tenu a rassembler diverses photographies prisent par des Camierois lors de cette rencontre qui a amené énormément de joie et qui a offert une jolie parenthèse de bonheur dans la petit vie tranquille de notre village , cette rencontre nous la devons a notre municipalité qui a invité Mr Sébastien Chabal a l’occasion de l’inauguration du City Stade à la résidence de la Colline , je remercie chaleureusement toutes les personnes qui ont participé a ce reportage :  Chabal Sport ; Le comité de parents d’élèves de l’école primaire du Vieux Moulin ; Cindy Lamarche ; Emilie Duhamel ; Amandine Mocrette ; Jacqueline Descharles ; Aurelie Ramet ; Chouchoue Lacroix .

Je vous laisse découvrir ce montage photos et vidéos réalisé par Nina Habault notre modératrice que je remercie .

Image de prévisualisation YouTube

 

 

les divers reportages consacrés a la venue de Chabal à Camiers

reportage de la voix du nord du 8 septembre 2015

 

reportage de la voix du nord du 5 septembre 2015

 

http://http://www.lavoixdunord.fr/region/camiers-sebastien-chabal-inaugurera-en-septembre-le-city-stade-ia36b49120n2921199

 

reportage France 3 du 8 septembre 2015

 

reportage vidéo La voix du Nord du 8 septembre 2015


Le célèbre chirurgien Américain Harvey Cushing à Camiers en 1915

En 1915 ,Camiers a été l’une des bases stratégiques hospitalières militaire de la première guerre mondiale .

01

La base hospitalière Américaine implanté a Camiers a accueilli l’un des plus illustre chirurgien Americain du 20 éme siècle : le Docteur Harvey Cushing

Le Dr Cushing, le pionnier américain de la neurochirurgie .

Harvey Cushing fut un des médecins les plus remarquables du 20 ème siècle. Son nom est associé au célèbre trouble endocrinien  « syndrome de Cushing »  que les médecins du monde entier se doivent de connaître ! Paradoxe de l’histoire, peu de médecins   associent son nom à la neurochirurgie alors que Cushing fut  le créateur de cette spécialité. Quant à la personnalité de cet homme remarquable, le temps faisant son œuvre, elle est aujourd’hui  malheureusement  oubliée alors qu’elle pourrait encore nous donner encore tant d’enseignements !

Harvey Cushing naît le 8 avril 1869 sur la côte Est des Etats-Unis. Etudiant la médecine à Harvard, il va rapidement se faire remarquer pour la précision avec laquelle il dissèque les moindres nerfs et vaisseaux sanguins. Méticuleux Harvey, mais aussi méthodique comme le prouve l’anecdote suivante. Durant sa seconde année à Harvard, un patient qu’il est chargé d’anesthésier décède puis encore un autre un mois après. Avec la coopération de son ami Copan, Cushing va alors rédiger un protocole d’anesthésie pour mieux surveiller les patients opérés. Ce protocole  comprenait la mesure régulière du pouls et de la fréquence respiratoire.

Tout cela était très simple à réaliser, mais il fallut quelqu’un comme Cushing pour systématiser ces mesures.

Après un an comme interne au service de médecine du Massachussetts General Hospital , Harvey quitte Boston en 1896 et devient assistant de William Halsted à Baltimore. Il entreprend alors un voyage d’étude en Europe et, à Liverpool, travaillera avec Sherrington pour réaliser des craniotomies expérimentales sur des singes anthropoïdes.

En 1900, il met au point une technique opératoire pour traiter la névralgie du trijumeau et toujours dans le service du Dr Halsted continue ses expérimentations en neurochirurgie. A cette époque les interventions sur le cerveau sont greffées d’une mortalité considérable mais en 1910, Cushing réussit une opération qui le rend renommé : il réussit l’ablation  d’une énorme tumeur crânienne, un  méningiome  occipital, chez le général-major Leonard Wood, le chef d’Etat-Major de l’armée américaine !

Dès lors il va développer à Boston un  service de neurochirurgie  qui prendra une extension exceptionnelle !

Quand la guerre 14 éclate, les Etats-Unis sous l’égide de son président Wilson, tentèrent dans un premier temps de rester neutre mais Cushing clairvoyant, entrevit très rapidement que les Etats-Unis ne pourraient pas garder longtemps pareille attitude !

Deux jours de train les amenèrent ensuite à Paris.

A l’ambulance américaine, Cushing découvre la pathologie des soldats hospitalisés. Son journal raconte  les histoires des blessés qui l’impressionnent par leurs blessures ou par leurs exploits !

 m09

extrait du journal du Docteur Harvey Cushing

De New York à CAMIERS

Vendredi 11 mai, 16h00

BORD SS Saxe, je suis en attente au mouillage dans les Narrows tandis que certains nouveaux pompiers sont fixés à prendre place , ils ont disparu peu de temps avant de quitter le quai , ne préférant pas l’eau salé.  Cela a été une semaine trépidante. L’ ordre est venu de Washington lundi après-midi; d’un changement soudain dans les ordres de Fort Hamilton à Fort Totten , quelques 30 miles de distance  nécessitant beaucoup  de coup de téléphone et de télégrammes à réorienter nos approvisionnements déjà en route. Notre racaille a été entièrement équipée et le lieutenant-Villaret en cinq jours de forage intensive eux a transformé. Fort Totten un endroit occupé avec notre Unité de quitter ce matin et la tenue Britannique en vertu de Brewer emménagement.

Mes premiers pas habitués à un uniforme plus facile que prévu. Cannon dit quand il est apparu d’abord dans un petit garçon, son cria: «Maman, regarde, voici Père habillé comme un boy-scout! » L’un des paroissiens de Peabody le félicite pour son « costume de l’union » indiquant une certaine confusion entre les publicités pour des sous-vêtements dans le dos des magazines, « L’Union pour toujours ».

Mes premiers pas habitués à l’armée des moyens moins faciles. j’ai été informé hier que je dois aller (« Continuer » est le mot) de l’île du Gouverneur pour mes « munitions »,pas sûr de savoir ce que cela voulait dire ou comment y arriver, mais salua et obéi.Trouvé un vieux colonel Mitchem dans le département de l’Intendant, qui m’a fourni des éperons de cavalerie ,un cheval sans un vilain aspect, grasse automatique avec étui pour attacher sur ma jambe et également une ceinture tissée, avec la remarque laconique « Les courroies en cuir ne se portent plus. » Ceci était déconcertant comme le. J’ avait demandé d’obtenir une ceinture de cuir comme la sienne. A l’aise.

18

 

19

 

petite bande forage à Fort Totten. Ils ont été amenés jusqu’à la jetée cet après-midi dans un appel d’offres du gouvernement. Deux cents hommes regardent . Bientôt, les infirmières sont apparus miraculeusement changé dans leurs costumes de la rue de bleu foncé et rouge ,un travail rapide par le chapitre de New York Croix-Rouge.

Unité de Crile a été livré mardi sur le Orduna  non percée et sans uniformes ou drapeaux. Ils ont été autorisés par Washington pour nous priver de cinq sergents de l’armée soigneusement choisis maintenant remplacés par des quelque peu douteuses. The Outfit voiles Britannique à demain sur le Saint- Louis , un navire plus rapide que la nôtre.

New York quant à lui devenait fou sur «Papa» Joffre  un affichage 50 000 $ et de divertissement. Il aurait probablement préféré voir la notre.

Ça était un départ agitation. Eliot Wadsworth et les drapiers, le général et Mme Goethals, Robert de Forest, et Mme Leonard Wood, qui a déclaré que le général aurait donné sa visite West Point avec Joffre il avait su que nous naviguions.Les hommes enrôlés appelés pour Lt. Villaret, puis Capt. Reynolds, qu’ils ont été applaudi sauvagement. Bon et vieux Reynolds  quadrature ses épaules et ses yeux étaient d’un semblant mouillé. Ils lui avaient donné une tasse d’amour hier à Fort Totten. Notre voile était censé être «secret»; pourtant tout le monde dans le port de NY doit connaître le Saxonia a été chargé de munitions, ont vu que nous allions à bord, et ont entendu nos coups de sifflet quand nous avons quitté le quai.

Samedi 12 mai

La dernière soirée à Narrows avec projecteurs wigwagging , nous avons été ennuyé par des nuages. Patterson a convoqué une réunion dans le salon et se présenta aux dirigeants et aux infirmières, et ce matin, nous avons commencé sur une base purement militaire avec « ordre du jour » posté un bureau mis en place dans la bibliothèque les hommes montent la garde dans les couloirs, sur les munitions. gymnastique suédoise pour les officiers sur le pont supérieur du matin  l’heure soigneusement agencés pour coïncider avec celle donnée sur les pourparlers de premiers secours aux hommes qui, étant à l’intérieur, sont retiré de la vue de nous-mêmes abdominous et maladroits que nous sommes mis à travers.

Premier bateau percer plutôt une performance horrible, toutes sortes de gilets de sauvetage suspendus sur toutes sortes de gens dans toutes sortes de façons. Le capitaine, qui est le fier propriétaire d’un gilet gonflable, apparaît enfin et se fait exploser pour nous. Son nom est Vennison, bantam Anglais récemment sur ​​le Alaunia, qui a été torpillé dans la Manche. Lui et Patterson échangé fils navales et militaires au dîner. Une soirée extraordinaire monochrome, tous les gris-bleuté ,le navire, la mer, les nuages.

Dimanche 13 mai

Couvert avec un vent nord-ouest rapide. La mer consécutive à affecter beaucoup d’entre nous  surtout les officiers détaillée pour donner inoculations typhoïdes et vaccinations contre la variole sous les ponts. Une heure ce matin avec quelques-uns des hommes de troupe, en essayant d’apprendre de leurs dossiers en cours qui ne peuvent plus être utilement mis à des tâches spéciales. Un très bon lot; toutes sortes de surprises, comme un homme classé comme un chauffeur qui est un technicien de laboratoire expert peut rendre les médias, couper et sections de tache. Malcolm a dirigé les services.«Ceux qui descendent à la mer à bord des navires. »

Mardi 29 mai

18:00 Après la terne férié à Londres, aujourd’hui  se fut à nouveau un moment animée. Osgood a soufflé à la fin de la nuit dernière annonçant l’arrivée de Joe Goldthwait et 20 orthopédistes, libres de tout enchevêtrement de l’armée régulière, mais commandée. Ils ont à faire «reconstruction» de travail dans différents dépôts ici sous Robert Jones, qui a été accablé de problèmes orthopédiques, comme on peut l’imaginer. Ils sont maintenant ici au Curzon; aussi le Saint- Louis parts et Hôpital Philadelphie base sont arrivés. Le Colonel Bigbee dit que nous allons avoir un autre répit jusqu’à 2h30 demain, puis à Folkestone. Apparemment, le raid de l’avion du dimanche et les nombreuses pertes en vies humaines ont des choses si enchevêtrés que le canal doit être balayé.

Mercredi, le 30

Pour le ministère de la Guerre avec le CO pour un rendez-vous avec les deux DG de Keogh et Sloggett. Je suis très perturbé de la perspective d’ un hôpital à Camiers sous des toiles. Un camp plus indésirables et mal drainé, selon Strong, qui en revient avec la Commission sanitaire des États-Unis. Une courte visite avec Walter Fletcher au comité de la salle de recherche, et il me prend à Saint-Paul, où un service pour le dépôt du drapeau de la « Légion américaine » les Américains qui ont servi dans le Corps canadien.

Puis un déjeuner précipitée et nous nous écartons de Charing Cross à 1h30, avec une foule solennelle des officiers britanniques de retour à l’avant. Une traversée sombre sur le paquet de Folkestone à Boulogne , quel froid, brumeux, bondé.Nous sommes dans les ceintures de sauvetage  et presque tout le monde debout. Nous étions entourés par des destroyers, qui dans le brouillard étaient invisibles, mais qui grogna et qui crier et gronder, l’un l’autre avec leurs sirènes sur toute la largeur. En débarquant nos kodaks ont été prises à partir de nous et emballé dans d’énormes affaires Charabanc, nous avons effectué quelques 15 miles sur la côte à notre destination. Un souper fin frugal dans une grêle de désordre froid, et maintenant au lit sur un lit dans une petite tente conique, sans se déshabiller.

34

AU NO. 11 GÉNÉRAL Camiers

Jeudi, 31 mai., Camiers

Commençant à prendre le relais. Un camp hirsute scandaleusement sale. Heureusement environ la moitié des patients ont été évacués avant notre arrivée, n’en laissant que 600 ou plus. Notre premier convoi de 200 blessés à 1 h, la moitié de ces « assistants » et demi « les châssis », systématiquement éliminés par les membres de l’unité de départ, avec qui, naturellement, nous ne sommes pas très populaire. Chacun de nos agents auront la charge d’environ 100 lits. Que peuvent-ils éventuellement faire avec des notes quotidiennes des cas?

Dimanche, 4 Juin

16h00 je viens séparé de jeune Graham, pathologiste du groupe nous supplanter, qui va remettre sa tente pour moi. Il déteste quitter cet endroit ,désespéré comme il est et si il va une nouvelle billette où il y a un bon laboratoire , surtout parce qu’il a planté quelques fleurs pitoyables dans l’argile dure-cuit à la frontière du fossé de drainage à propos de sa tente et certains d’entre eux sont à venir. Il y a quelques soucis d’être écossais ici ! et dans les coins sont quelques perches de bambou en lambeaux sur lequel une petite grappe de petits pois prend une certaine ascension dans la journée. Graham a été touché à Mons, il a été blessé et a depuis un bras raccourci et porte un ruban .

47

Nous éprouvons la glorieuse météo la première, selon tous les comptes, depuis l’année dernière. Heureusement pour nous, que ce particulier « n ° 11 générale » est sous l’eau par temps humide. Nous sommes effectivement  englouti dans la machine de l’armée britannique, et déjà hôpital de la base n ° 5 a complètement perdu son identité. La communication est partout presque impossible: succédé il ya trois jours dans l’envoi de la maison d’un câble pour demander des fournitures et de demander un accusé de réception. Aucun n’est venu et il semble n’y avoir aucun moyen de faire quoi que se soit même pour acheter de la nourriture pour le désordre , sauf par les voies encombrants. Petits étonnant que les gens deviennent inertes et insouciant.

Nos jeunes officiers se sont emparés vaillamment de leurs quartiers, avec l’aide des infirmières, le camp s’est déjà amélioré en apparence. Les hommes aussi ont été Redding et Osgood a une sorte de boutique émergeant de l’endroit chaotique appelé la boutique d’un menuisier qui était dans une tente dans un coin reculé de notre camp bondé. Je dis bondé, car d’un côté, derrière des barbelés, il y a un camp de Cafres du « Corps du travail sud-africain » avec des noirs comme l’as traditionnelle; au-delà  des grands travaux de ciment Portland qui infestent cette vallée de dunes d’argile; puis vient un remblai de chemin de fer interdisant le drainage de toute sorte.

48

Hier après-midi, après notre premier convoi de la nuit précédente avait été redressé, Patterson, Lee, Osgood, Cannon et moi sommes allés à Wimereux, où un autre groupe de l’hôpital est en train d’émerger, semblable à celui dont nous faisons partie ici à Camiers

A Étaples ,il semble plus faible par rapport à nous avec leurs 70.000-lits! la capacité de ce quartier. Nous avions été invités à une réunion (la deuxième) de la Med. Soc’y du district de Boulogne, au n ° 82 Hôpital stationnaire (Col. Simpson, CO) et, depuis, nous n’avons aucun moyen de transport, un énorme ambulance, réquisitionné de la gare d’Étaples et entraîné par deux femmes, il en aurai fallu plus. La poussière nous a mordu mais la réunion était bien .

Le Major Sinclair de l’armée régulière, un génie orthopédique du type Robert Jones avait l’après-midi pour se démontrer le traitement des fractures de la balle de la cuisse avec l’amélioration Thomas attelles de la hanche, de cadres des Balkans, des hamacs, etc. Il a mis jusqu’à quatre d’entre eux, pour la haute, moyenne, faible et fractures, et a montré les types appropriés de l’appareil pour être utilisé à l’hôpital de première ligne, le CCS, et la Base. Ce fut une remarquable démonstration, sa manière de présenter le sujet tout à fait admirable, et un homme avec une fracture de la balle du fémur est la chance de tomber sous sa garde.

Il y avait un grand rassemblement de dirigeants de partout, et Sargent, promettant de me ramener dans la matinée, m’a convaincu de rester et dîner au mess australienne et passer la nuit avec lui, au n ° 32 à l’arrêt. Comme la plupart des soirées dans cette terre étrange, il a grandi à froid, et je failli périr dans mon mince uniforme de l’armée américaine, car ils ont insisté sur assis à la fois avant et après le dîner. Il est un gâchis célèbre dans ce qui était le club de golf de Wimereux. De la véranda, on peut voir les falaises de Douvres par une journée claire, et le long du rivage du point d’ Ambleteuse projets dans la mer. Ce fut la base navale de Napoléon pour son projet d’invasion de l’Angleterre ! la vieille soutient pour les piles encore visibles.

22h00 Il existe de nombreuses interruptions dans cette vie. les Canadiens à Camiers («manger des pommes eux») pour le dîner; un homme a dû être vu dans une des salles, à partir de laquelle je l’ai gardé à peu près l’écart de donner les jeunes hommes oscillation libre. Puis pauvre colonel Campbell, le CO déplacées, m’a arrêté dans le froid et une demi-heure lui-même déchargé sur le travail qu’ils avaient été forcés de le faire, ce qui explique en grande partie l’état délabré du n ° 11. Undermanne a souvent seulement huit médecins et ceux-ci souvent décalé ,lui et Wolfenden ont fait face à la musique pour les quelques derniers mois, ayant eu 8000 !! les patients passent par leurs mains depuis l’offensive de la Somme; la plupart d’entre eux les cas graves, le travail de nuit, des hémorragies et des infections secondaires majeurs, et de temps encore ils ont trouvé à faire un travail prudent avec traitement Carrel-Dakin. Pas étonnant qu’ils sont tombés en panne et sont à partir pour Blighty ce matin à 3 heures à venir

Je suis maintenant de retour à notre messroom désordre enveloppé dans un manteau, les officiers britanniques restantes boire du whisky ici, les Américains secs écrit à la maison dans la pièce voisine. Cette aller « à sec » doit des explications constants et doit sembler donquichottesque de ces personnes, mais nous le faisons pour eux. Peut-être que nous ne pouvons pas rester sans paraître trop particulière et rendre les gens que nous voulons vraiment voir éviter notre camp.

 56

 

Cushing a également reçu le prix Pulitzer en 1926 pour une biographie de l’un des pères de la médecine moderne : Sir William Osler.

Il est mort en 1939 à New Haven dans le Connecticut d’un infarctus du myocarde, et a été inhumé au cimetière du lac à Cleveland.

cushing

 

harvey-cushings

 

bcushing_harvey

 

sources : site : ourstory.info

archives  American medecine for 14/18

wikipedia

 


La visite de la reine Mary d’Angleterre à Camiers video de juillet 1917

Nous n’avions qu’une seule photographie de la visite de la reine Mary d’Angleterre  épouse de George V roi d’Angleterre à l’hôpital militaire N°18 en juillet 1917 et bien vous allez découvrir cet événement en vidéo , il y a une petite erreur dans le titre , il est indiqué Etaples dans la présentation de ce passage mais c’est bien à Camiers que se déroule la scène ( a partir de 1 min 58 ) , vous reconnaîtrez le décor , les infirmières ,les soldats et nos collines comme sur cette photographie!

lmpp

 

 

cliquer sur ce lien pour lire la vidéo :visite de la reine Mary à Camiers en juillet 1917

 

source: ONF